L’infernal Trail pour aider la recherche

Par où commencer, il y a tellement de choses à dire sur ce fabuleux week-end.
Dès le vendredi 11 septembre, au matin, me voilà sur le pont avec mon épouse pour finir de préparer le gite qui nous a été prêté gracieusement par Francis, le parrain de ma femme, et Rémi son conjoint. Ils souhaitaient à leur niveau soutenir l’association par leur participation et je les en remercie énormément.
Mettre en place les chambres, aménager la grande salle, faire les courses, préparer les repas pour le week-end, contrôler les derniers détails pour le stand, un rythme dense et soutenu mais important pour le bon déroulé de l’événement.

Jolies surprises, puisque j’ai reçu au matin des vidéos de soutien de la part du parrain, Sylvain Perrin et de la marraine, Lucie Jamsin. Puis une vidéo venant de Hong Kong de la part de Floriane, une vidéo venant de la Réunion de la part de Véronique, notre responsable d’antenne. Vous voir ou revoir les vidéos sur notre chaine Youtube.
Et enfin, j’ai reçu de la part du Professeur Caroline Morean du CHRU de Lille à qui l’association remet les dons depuis 4 ans.

Les premières personnes arrivent vers midi, en la présence de Frédéric Negaret, Joseph et Pascale, responsables de l’antenne Auvergne Rhône Alpes, Christiane et Nathalie, deux amies proches. Un peu plus tard, c’est au tour de Julien Frenoy, d’Outdoor and News et de Damien Milleret, responsable de l’antenne Grand-Est de nous rejoindre au gite pour une soirée bien sympathique en comité restreint. Dans un paysage de la Bresse magnifique, un repas puis une soirée autour de la cheminée permet à tout le monde de faire connaissance. 

Samedi 12 septembre, dès 7h du matin, voilà la belle équipe prête à monter le stand sur le village d’arrivée de Saint Nabord. Une fois sur place, montage des deux tentes, mise en place des tables et organisation du stand. Pour cela, nous laissons la main à Pascale, bien plus douée que nous les hommes dans ce genre d’exercice. Après une bonne heure de travail en équipe, le stand a fière allure et nous commençons déjà à accueillir les premières personnes.

On peut retrouver sur ce stand, les Tshirts de l’association, ainsi que les bracelets, les buffs, la peluche Vinco, les bâches et les gobelets. Toutes les ventes permettront de reverser de l’argent à la fin de l’année à la recherche. Je tenais également à remercier une fois de plus, Philippe Propage, l’entraineur de l’équipe de France de Trail, qui nous a donné 40 livres, qu’il a écrit et dédicacé, à vendre au prix de 20 euros dont 10 euros partirait à la recherche.

Notre présence avec le Tshirt de l’association ne passe pas inaperçu et le speaker de l’Infernal Trail des Vosges ne tarde pas à venir nous voir sur le stand pour nous tendre le micro. Un peu de stress mais très vite les premiers mots pour présenter l’association arrivent afin de sensibiliser un large public sur cette maladie encore peu connue. L’ambiance est montée d’un cran sur le stand de l’association avec l’arrivée des lyonnais, si on peut se permettre de les surnommer comme ça car ils ont fait le déplacement depuis Lyon. Il s’agit d’Yves Boutherand, Alexandre Guy et Gérald Matray. Une fine équipe, pas les derniers à déconner, toujours avec le sourire. Parfait pour véhiculer les valeurs de l’association !

Tout au long de la journée, nous avons eu plaisir à échanger avec toutes les personnes qui sont venues à notre rencontre comme par exemple, Sébastien Roncin ou encore Delphine Portejoie. Pendant ce temps-là, les coureurs vont retirer leur dossard pour le dimanche et nous voyons de plus en plus de maillots INFERNAL/Vaincre Parkinson circuler. Il faut savoir, que nous avons fourni 700 Tshirts sur demande des organisateurs pour la course 100 % solidaire. Il a fallu trouver des partenaires et je tiens tout particulièrement à les remercier. Grâce à LNF – Les nouvelles formations, la Fromagerie Milleret, La PRO BTP, Electricité Milleret, l’association pourra reverser intégralement tous les dons perçus lors de ce week-end. C’est d’ailleurs bien là, la priorité de « Vaincre Parkinson ».

En fin d’après-midi, nous avons le plaisir de voir arriver Mickaël Guyot, son épouse Sandra et leur fils Théo. Mickaël a 45 ans, diagnostiqué depuis 1 an de la maladie. Il prendra le départ du 12 km dimanche. Tout le monde est heureux de rencontrer cet homme très attachant. Un petit démontage rapide et nous revoilà parti vers le gite pour accueillir les dernières arrivées et pour un bon repas cette fois plus nombreux, environ 22 à table. Oui c’est du boulot, mais c’est important que tout le monde se sente bien. 
De retour au gîte, c’est Christophe Chartier, responsable de l’antenne La Sarthe, et son épouse Melinda qui nous rejoignent. Ils ont fait la route depuis Le Mans, Christophe, pâtissier de métier, travaillait ce matin. Puis, Marine Lebreton, responsable d’antenne Ile de France et ses parents Nadine et Richard font également leur arrivée. 

Une fois tout le monde présent, la soirée peut donc débuter par un mot d’accueil du président de l’association puis la remise d’un petit cadeau pour l’anniversaire de Richard, le papa de Marine. C’est une surprise et nous chantons tous Happy Birthday !!!! Beaucoup d’émotions pour Richard qui ne s’y attendait pas. Et enfin, pour finir, une mise à l’honneur pour un homme sans qui l’association ne serait pas ce qu’elle est aujourd’hui, je nomme Damien Milleret. Il a énormément contribué au démarrage de « Vaincre parkinson », il travaille aussi dans l’ombre, participe activement à de nombreux projets et pour moi il est un ami, un conseiller et un frangin de cœur. Il était donc tout à fait normal de lui remettre en ce soir, la médaille de l’association. 
Autour d’un verre de l’amitié et d’un repas, certains se rencontrent pour la première fois et pour d’autres se sont les retrouvailles. Une soirée qui ne se fini pas tard puisque Fred et Julien prendront le départ du 72km le dimanche à 3h. Je les accompagnerai au départ et au 1er ravitaillement. Une nuit très courte s’annonce pour moi en effet, puisque j’aurai cumulé 2h de sommeil sur l’ensemble du week-end. Un dernier petit tour pour vérifier que tout le monde est bien installé, souhaiter une bonne nuit et tenter de finaliser la journée suivante.

1h du matin, le réveil sonne déjà, nous déjeunons avec nos amis qui se préparent pour le 72km et en avant nous voilà parti pour Saint Nabord. C’est dans une ambiance de folie et en respectant les consignes, que le départ est donné pour les quelques 600 coureurs. Au passage devant moi, je donne rdv à Fred et Julien au km23. Hop hop hop, pas une minute à perdre, avec Marie, mon épouse, nous prenons la route pour attendre les coureurs au ravitaillement. C’est environ 3h plus tard que Fred et Julien sont passés, dans une bonne forme, tout sourire et heureux. 

Maintenant direction à nouveau Saint Nabord, pour rejoindre Joseph, Damien et Pascale pour remonter le stand avant 8h et le départ du 30 km. Mais c’est bon, on commence à gérer, l’équipe est rodée, tout se passa très bien. L’emploi du temps qui nous attend allait être serré puisqu’entre 8 et 9h, je suis, en tant que président de l’association, sur le plateau télé de l’infernal avec Mickaël pour un direct puis à 9h30. Puis, direction le plateau de Vosges FM. Et enfin, départ prévu en bus pour Remiremont à 10h. Les représentants de l’association sur le 30 km prennent le départ dans une ambiance similaire à celle du 72 km, en musique. Damien, Joseph, Christophe, Alex, Yves, Julien et François, la banane et prêt à en découdre, s’élancent groupés. 

Tout s’enchaine très vite, entre les rencontres, les échanges, les ventes sur le stand et le déplacement à Remiremont, pas le temps de trainer. Dans le bus qui nous amène au départ, l’ambiance est aussi bonne. Une fois sur place, je vais à la rencontre de ceux qui portent le Tshirt de la course pour échanger avec eux et surtout les remercier de leur geste de solidarité. Puis, il est temps de rencontrer la presse pour un article dans Vosges Matin. Richard et Mickaël, tous les deux touchés par la maladie ont décidé d’être sur la ligne de départ pour faire parler de la maladie qui les touche et de leur quotidien. Ils sont tous les deux un bel exemple de combativité. Le speaker nous tend à nouveau le micro pour présenter l’association aux coureurs de cette course solidaire et c’est sous un tonnerre d’applaudissements que nous entamons l’échauffement en musique. Alors ok, je vous l’accorde on n’est pas tous doué pour ce genre d’activité et je pense que Richard a quand parfaitement bien géré son manque d’entrainement sur cet exercice de fitness (pour ceux qui verraient la vidéo).

11h, l’heure du départ, pour Mickaël, Richard, moi-même et M. Jean Charles Foucher, adjoint délégué à la vie associative de la ville de Remiremont. Il a souhaité courir aux cotés de l’association. Merci Jean Charles pour ton soutien et ta confiance. Un départ donc pour nous sous les applaudissements à nouveau. Puis le vrai départ derrière nous, lâche ceux qui attendaient surement de courir leur première course de l’année. Je laisse partir Mickaël pour sa course, Richard est récupéré par sa fille, Marine et j’attends le dernier SAS pour courir avec le dernier de la course. Oui, j’ai souhaité en tant que président, courir avec celui ou celle qui avait fait le geste de prendre un dossard pour notre cause.
Que c’est beau de voir passer tous les Tshirts « Vaincre Parkinson », quelle fierté mais surtout cela représente des mois de travail. Et aujourd’hui, nous y sommes. Alors on se lance, on récupère Marie Wittner et on part pour une aventure ensemble de 12km. Je lui tire mon chapeau car elle a couru comme elle a pu, n’a jamais abandonné et a toujours gardé le moral.

A 1 km de l’arrivée, une jonction s’opère à un croisement avec les coureurs du 72 et 30 km. Le temps de laisser un message pour prévenir que nous arrivons et nous voilà déboulant dans le stade des Perrey. Les 100 derniers mètres sont courus par une vague humaine aux couleurs de « Vaincre Parkinson », dans une ambiance magnifique, dans un élan de solidarité énorme et surtout dans une émotion très forte. D’ailleurs le speaker nous annonce pour mobiliser tout le monde et faire un maximum de bruits. Objectif atteint… nous avons eu des frissons comme jamais. L’association venait de rayonner, venait de faire parler de la maladie, de sensibiliser un large public et de toucher les gens présents. 
Que dire de plus, à part que les larmes ont été présentes, voir toutes ces personnes ensemble, pour la même cause, toutes ces personnes simples, sympathiques, honnêtes et généreuses œuvrer pour l’association. MAGNIFIQUE !!!

Juste le temps de se remettre des émotions que Damien et Joseph, un peu en décalé arrivent sur la ligne d’arrivée. Damien en a moins bavé qu’en 2018, bravo à lui, Joseph s’est accroché pour aller au bout et finir de belle manière, avec le sourire. Bravo à vous deux. Quant à Fred, finisher du 72 km en 10h35, Julien finisher du 72 en 9h20 et Delphine finisher aussi du 72 km en 12h15, merci à vous, jolie performance. 

Pour finir la journée, à nouveau des rencontres, puis des accolades, des photos, des échanges et déjà des au revoir. Christophe Chartier et son épouse qui a géré le stand toute la journée, puis les lyonnais nous quittent mais avec beaucoup d’émotions. Le démontage du stand allait marquer aussi la fin de cette belle aventure, humaine et sportive. Damien est reparti avec son fils Loris, venu avec la famille Milleret, vers Charcenne. Christiane et Nathalie dont la performance sur le 12 km est plus qu’honorable pour des femmes qui ne sont pas du tout des spécialistes du trail, nous quittent également. Bravo Mesdames, bravo mes amies et surtout MERCI !!! Sans oublier aussi Daniel Hiegel et Cathy Fournier, qui répondent présents à chaque fois, toujours avec le smiley, l’appareil photo et la main sur le cœur.

Avant de quitter le Stade des Perrey de Saint Nabord, je suis passé dire au revoir et surtout MERCI aux organisateurs et bénévoles de l’Infernal Trail des Vosges, comme David Barbaux, Elliot Ledain, Yohann Véronèse et Stéphane Hairaye. Un joli travail, ils se sont battus jusqu’au bout pour que cet événement puisse avoir lieu et que l’association soit mise en avant. Vous avez Messieurs tout notre profond RESPECT.

Direction à présent le gite pour la dernière soirée avec ceux qui sont encore parmi nous. Que c’est bon de se poser un peu autour d’un verre et d’un vrai repas, que c’est bon de faire redescendre la pression après un projet aussi grand. Cela n’a pas été simple de gérer ce projet des Etats-Unis mais au final, toute l’énergie dépensée a fini par payer. 

Le réveil du lundi 14 septembre, a été compliqué car il a fallu revenir sur terre après les moments de bonheurs, de joies et d’émotions connus la veille. Mais pourtant la presse, les réseaux sociaux nous ont permis de continuer de rêver un peu plus longtemps car le gros titre du Vosges Matin, annonçait : « Infernal, près de 10 000 euros pour Vaincre Parkinson ».
Et c’est la gorge serrée, les larmes aux yeux que nous avons tous pris connaissance de cet article. Les ventes des accessoires de l’association tout au long du week-end ont été au-delà de nos espérances mais là avec ce don, nous avons la certitude qu’on pourra remettre un joli chèque à la recherche à la fin de l’année. Fabuleux surtout dans un contexte de crise sanitaire comme celui-ci. Merci à toutes les personnes qui ont fait un geste en achetant un accessoire de l’association ou en faisant un don. Il n’y a pas de petits dons ou de gros dons. Lorsqu’on me dit, je suis désolé je n’ai donné que 5 euros, je réponds toujours qu’un petit geste plus un petit geste et encore un petit geste feront un jour un geste ENORME… Alors merci à tous.

received_780708389431847

Il a fallu dire au revoir aussi à Joseph et Pascale, des personnes extra, qui sont investi à 200 % dans l’association. Il a fallu dire au revoir à Julien et Fred, des personnes au cœur énormes. Et je tiens à remercier Fred pour son geste à l’arrivée puisqu’il a voulu me donner sa médaille de finisher et croyez-moi, c’est un geste magnifique. Il a fallu dire au revoir à Nadine, Richard et Marine, une belle famille qui a placé sa confiance en nous et qui nous suit avec beaucoup de cœur. 

Une fois tout le monde parti, quelques jours après, au moment d’écrire ce récit, l’émotion est toujours vive mais ce qui prend le dessus surtout, c’est d’avoir pu constater que l’association est saine, qu’il y a un bon groupe, un excellent état d’esprit, des engagements sincères et des personnes prêtent à déplacer des montagnes pour atteindre des sommets tous ensemble…
MERCI infiniment à tous, j’espère n’avoir oublié personne et je vous donne rdv pour de nouvelles aventures…le combat pour aider les personnes touchées par la maladie n’est pas fini.